Dimanche 6 novembre 7 06 /11 /Nov 15:56

Un monument égyptien en Espagne

 

 
Offert à l'Espagne en remerciement pour son aide dans le sauvetage des temples nubiens, le monument est aujourd'hui exposé dans la capitale espagnole.

 

Madrid

 

Le temple de Debod a été dédié par le roi méroïtique Adijalamani (vers 180 av. J.-C.). Il a été réalisé en l’honneur du dieu Amon de Debod et la déesse Isis. Il fut ensuite agrandi par le roi Ptolémée VI Philométor. Puis, un nouveau naos a été ajouté par Ptolémée XII Neos Dionysos.

La mission de l’Unesco

A la suite de l’appel lancé par l'égyptologue française Christiane Desroches-Noblecourt, l'Unesco organisa le sauvetage des temples d’Egypte et de Nubie situés dans les zones qui allaient être inondées par le lac Nasser, à l'occasion de la construction du barrage d’Assouan. En 1960, l’Espagne créa un comité sous la direction du professeur D. Martin Almagro Basch pour participer à ce sauvetage.

 

Le professeur Ricardo Caminos fut chargé de copier les reliefs et les textes des temples de Buhen et Semna, qui n’ont pas pu être déplacés.

 

Les temples nubiens (situés entre Assouan et la frontière soudanaise) de Taffa, Debod, Kertassi, Dakka, Maharraka, Dendur, Garf Hussein, Kalabcha, Beit el-Wali et bien sûr Abou Simbel et Philae furent démontés par les différents pays participants (France, Espagne, Egypte, Pays-Bas, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Suède, etc.) à la mission de l’Unesco.

Le déplacement du temple

Après avoir été dessinés, puis démontés, les éléments de l’édifice de Debod furent transférés sur l’île d’Eléphantine, et ensuite déplacés à Alexandrie. C’est en 1968 que le gouvernement égyptien donna le temple au peuple espagnol.

 

Les villes de Barcelone et d’Almeria avaient demandé l’installation du monument sur leur territoire, mais c’est Madrid qui fut choisie pour accueillir cette nouvelle acquisition. Le temple fut embarqué sur le navire « Benisa », qui le transporta jusqu’au port de Valence, en 1970.

 

Le temple fut reconstruit selon la technique de l’anastylose, c'est-à-dire une reconstruction à l'identique avec les éléments architecturaux d'origine, pour lui rendre son aspect original. Ainsi les trois pylônes situés à l’avant rappellent la voie processionnelle qui le précédait. Il fut inauguré le 18 juillet 1972.

 

Les Pays-Bas et les Etats-Unis ont également reçu un temple, pour les sommes importantes qu’ils ont investi dans cette mission de sauvetage. La chapelle de Taffa offerte aux Pays-Bas est aujourd’hui exposée au musée de Leiden. Quant au monument reçu par les Etats-Unis, il est présenté au Metropolitan Museum de New York.

Le roi Adijalamani

Ce roi méroïtique Adijalamani est connu, en dehors de ce sanctuaire, par sa pyramide située dans sa capitale, à Meroé, au Soudan actuel, et par un fragment de stèle provenant du temple d’Isis de Philae.

L'empereur romain Auguste à Debod

Plusieurs reliefs du temple de Debod, qui furent détruits dans la seconde moitié du XIXe siècle, dataient de l’époque romaine et représentaient les premiers empereurs Auguste et Tibère. Dans les espaces entre les colonnes extérieures, on peut voir Auguste adorant Amon, puis qui offre une image de la déesse Maat, déesse de la justice, au dieu Osiris. Il offre aussi un vase à la déesse Isis, et se présente devant le dieu Mahes, dieu guerrier à l'apparence de lion.

 

Dans les espaces inter-colonnes intérieurs du vestibule : Tibère est purifié par les dieux Thot et Horus en présence d’Amon ; Auguste est en présence d’Imhotep. Auguste est aussi représenté offrant de l’encens et des libations à Osiris-Isis-Horus et offrant une image de la déesse Maat au dieu Amon-Ra et au dieu Mahes. Enfin, Auguste devant les dieux Osiris et Isis, Shepses-Nofret, déesse veillant sur les naissances, et les dieux de la médecine, Harpocrate et Imhotep.

 

Sur le mur intérieur ouest du vestibule : Auguste est sculpté offrant un trône, une gazelle et une antilope à la déesse Isis, et faisant une offrande à Isis et Osiris, faisant aussi une offrande à Amon et Mahes, et offrant des vases à Thot.

 

Ces représentations d’Auguste adorant des dieux égyptiens contrastent avec les témoignages des sources grecques et latines concernant l’hostilité de l’empereur pour ce pays après la victoire d’Actium contre Antoine et Cléopâtre.

 

Plus d’informations sur ce temple dans l’ouvrage : "Debod, tres décadas de historia en Madrid", 3e éd., Madrid, 2005.


Carine Mahy

Par Voyages Culturels - Publié dans : Espagne
Retour à l'accueil

Présentation

Agence de voyages partenaire

Marco Polo

 

Marco Polo asbl

Licence cat.A n°1124

Rue Arthur Hardy 31 B1300 Limal

Belgique

Catherine Casteleyn

Francis Peeters

Catégories

Images Aléatoires

  • Ostie
  • Istanbul 0357
  • chateau st ange
  • Xanten
  • Bulla Regia
  • Van

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés